Les conditions foncières de la viabilité de la riziculture irriguée - Note politique

Cette note, rédigée par Frédéric Bazin (IRAM), propose une analyse des aménagements hydro-agricoles en Afrique de l’Ouest permettant de tirer des leçons concernant l’affectation foncière, qui peuvent servir pour orienter les aménagements en cours, ou ceux qui sont prévus dans les années à venir. Sans affectation foncière adéquate, les objectifs principaux des barrages – la lutte contre la pauvreté et l’amélioration de la production nationale de céréales – pourront difficilement être atteints. Selon les études faites par la Global Water Initiative (GWI) sur trois barrages en Afrique de l’Ouest, les surfaces irriguées attribuées tournent souvent autour de 1 hectare (ha) par famille. Cette surface – à elle seule – ne permet pas à une famille de taille moyenne de subvenir à ses besoins, et encore moins d’investir pour améliorer ses performances techniques et économiques. Avec l’interdiction de la vente ou de la location de terre sur les périmètres, l’affectation des terres est cruciale, car elle détermine le système foncier à long terme.

La Global Water Initiative (GWI) vise à améliorer les politiques de la gestion de l'eau, à travers la recherche, le renforcement des capacités et l'apprentissage collectif, pour promouvoir une production agricole durable et une meilleure sécurité alimentaire. La GWI est financée par la Fondation Howard G. Buffett.

La GWI en Afrique de l'Ouest est l'un des trois programmes régionaux au sein de la Global Water Initiative, parallèlement à la GWI en Afrique de l'Est et la GWI en Amérique centrale.

Retour aux actualités