L’association Iram

Créée en 1957, l’association Iram mène de nombreuses actions dans le domaine de la coopération internationale en faveur d’un développement humain durable et d’une société moins inégalitaire. Depuis la création en 2000 de sa société commerciale, Iram Développement, l’association continue son engagement pour un monde plus solidaire en recentrant son rôle autour de trois types d’activités.

Soutien aux organisations du Sud

Dans le cadre de projets ou de programmes de recherche-développement à son initiative, l'Iram intervient en appui auprès d’organisations du Sud et en particulier des institutions de microfinance, des organisations professionnelles agricoles, des organisations de la société civile ou encore des collectivités locales.
 
Dans la majorité des cas, les partenariats établis avec ces organisations continuent après les phases projets sous différentes formes : accompagnement de réflexions stratégiques, appui à la recherche de financements, participation à leurs instances de gouvernance.

Capitalisation et partage des enseignements de terrain

L’Iram tire de ses actions de terrain des enseignements qui lui permettent d’améliorer la qualité de ses interventions et de s’adapter aux nouveaux contextes et enjeux de développement.

L’organisation de journées d’études et la publication d’articles et d’ouvrages permettent de capitaliser et de partager ces enseignements. Ces actions de capitalisation et de diffusion d’informations se font souvent en partenariat avec d’autres structures, notamment celles dont l'Iram est membre.

Participation à des réseaux de réflexion thématique et à des actions de plaidoyer

Les enseignements tirés des actions de terrain permettent à l’association d’enrichir les réflexions menées au sein de réseaux et de collectifs d’organisations, en particulier ceux dont elle est membre :

  • Groupe Initiatives (collectif de 12 associations professionnelles de solidarité internationale) ;
  • Inter-réseaux développement rural (rassemblant une quarantaine de membres africains et européens autour des enjeux du développement rural) ;
  • Coordination Sud (coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale)
  • Cerise (Comités d’échanges, de réflexion et d’information sur les systèmes d’épargne-crédit) ;
  • F3E (Fonds pour la promotion des études préalables, études transversales et évaluations) ;
  • Société Française de l’Évaluation (association œuvrant pour l’amélioration de l’action publique, par la mise en débats et la capitalisation) ;
  • Comité technique Foncier & Développement (groupe de réflexions et d’échanges sur les enjeux fonciers) ;
  • Comité scientifique français de la désertification (mobilisant les experts français en matière de désertification, de dégradation des terres et de développement des régions sèches) ;
  • Costea (communauté d'experts pour l'amélioration de l'efficacité des politiques et des projets d'irrigation).

L’Association Iram en chiffres :

  • 95 membres adhérents
  • Un Conseil d’Administration de 10 personnes : Isabelle Droy, après avoir été trésorière de l’Association, a été élue Présidente lors de l’Assemblée générale de juin 2019. Outre la présidente, le bureau est composé de Jacqueline Vilayphonh, trésorière, et Pascal Babin, secrétaire. Les autres membres associés sont : Etienne Beaudoux, Jean-Jacques Gabas, Olivier Jenn-Treyer et Benoit Lallau. Les membres salariés sont : Gilles Goldstein, Laurent Liagre et Laure Steer. Depuis l’Assemblée générale de 2017, les membres salariés titulaires peuvent être secondés par des suppléants, qui sont en 2019 : Ferroudja Aber et François Doligez.
  • Un Conseil d’analyse stratégique composé d’une vingtaine de membres et proches de l’association Iram
  • Un budget d’environ 800 000 euros en 2018